Michel Laval, candidat suppléant EELV en vidéo

 


Michel Laval, candidat suppléant EELV aux… par EELV-Joinville-Autrement

Bonjour ! Pourquoi voter, aux Législatives, pour la candidate d’Europe-Ecologie / Les Verts ?

Et bien parce que les Françaises et les Français ont choisi, pour écarter Nicolas Sarkozy et ce qu’il représentait, de donner le pouvoir à François Hollande. Il faut une majorité au nouveau Président : la cohabitation voulue par l’UMP de MM. Copé et Fillon serait une catastrophe.

Mais cette majorité doit impérativement être plurielle : si le Parti Socialiste a la majorité tout seul à l’Assemblée Nationale, il risque fort de ne pas prendre en compte la mesure de l’urgence écologique et sociale.

 

Dans ce contexte, il faut donner à l’Ecologie politique le maximum d’influence dans les actions qui seront mises en œuvre par le nouveau Gouvernement.

François Hollande est d’une grande ambiguïté sur la plupart des dossiers qui intéressent les écologistes au premier chef.

Ainsi, en dehors du secteur du logement, qui fait à peu près consensus entre le PS et les écologistes, le contenu de ce qu’il appelle « transition écologique » est extrêmement flou.

 

Prenons l’exemple du nucléaire, cette « roulette russe » (ou japonaise) à laquelle la France est « accro ». Alors que les écologistes sérieux ont un scénario crédible permettant d’en sortir complètement d’ici à 2035, François Hollande, qui est déjà revenu sur les engagements pris par son parti, n’évoque plus que la diminution de sa part dans notre production électrique, de 75%, le niveau actuel, à 50% en 2025.

Il affiche ainsi un objectif certes déjà intéressant, mais où sont les moyens pour l’atteindre ? Pendant son mandat de cinq ans, il annonce ne vouloir fermer que la seule centrale de Fessenheim en Alsace, la plus vieille, et qui est exposée à la fois aux inondations et aux tremblements de terre ! Rappelons l’histoire : d’arriver au pouvoir avec François Mitterrand, en mai 1981, la majorité des socialistes étaient anti-nucléaires. Et à l’automne 1981, tous leurs députés étaient pro-nucléaires !

 

A droite, le député sortant UMP, Michel Herbillon, a toujours été hostile à l’Ecologie.

Il s’est opposé dès le début au « Grenelle de l’Environnement », qu’il jugeait « hors du temps » !

Nous l’avions souligné les premiers, et nous avons été amusés de voir la candidate du Parti Socialiste reprendre une partie de nos arguments…

Mais Patricia Richard n’est pas gênée d’évoquer le soutien du député UMP aux OGM en 2008, alors que quand le PS était au pouvoir, avec Lionel Jospin, de 1997 à 2002, il a largement favorisé la diffusion des mêmes OGM, qui ont été testés à Cintegabelle, le fief du Premier Ministre !

De même, la candidate du PS évoque l’opposition du député UMP au projet de loi interdisant les phtalates, parabènes et alkyphénols. Elle omet soigneusement de rappeler que le combat contre ces perturbateurs hormonaux a longtemps été mené par les seuls écologistes, et initié par un scientifique lanceur d’alerte, André Cicolella, actuel Président du Réseau Environnement Santé, à l’origine, avec un député Vert, de la création de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement.

 

L’ambiguïté de François Hollande et du Parti Socialiste est la marque d’une demi-habileté.

Nous serions fous de leur faire un chèque en blanc.

Ils ne défendront vraiment l’Ecologie (comme ils le laissent miroiter) que s’ils y sont poussés, par la société civile, et par les députés écologistes donc par le vote EELV aux élections.

 

La candidature de Marie-Amélie BERTIN, dont je suis le suppléant, s’inscrit dans cette ligne de soutien critique au pouvoir qui se met en place.

Le 10 juin prochain, votez pour des écologistes compétents et intègres, votez pour des écologistes présents sur le terrain : votez pour Marie-Amélie BERTIN !

Les commentaires sont fermés.